Home / En savoir plus / Activités humaines et culture / Activités agro-pastorales

Activités agro-pastorales

Activités agro-pastorales

Des siècles durant, les habitants des villages de montagne de Champdepraz et de Champorcher ont pratiqué une économie de subsistance fondée sur leurs activités agricoles et pastorales.

Juste à l’extérieur de la périphérie actuelle du Parc on semait sur quelques parcelles en plaine des céréales et des pommes de terre, des cultures désormais quasiment disparues dans cette zone. À Champdepraz, le châtaignier était fondamental pour l’alimentation (fruits), la litière pour le bétail (feuilles), le bois d’œuvre et le bois de chauffage. À Boden et Gettaz des Allemands (sentiers 102-3-4a) on trouve encore des arbres imposants qui produisent des fruits ; autrefois ils étaient beaucoup plus nombreux, et actuellement ils sont recensés et surveillés par la Région autonome Vallée d’Aoste. De nombreux bâtiments qui avaient pour fonction le stockage et la transformation des produits de la terre sont encore visibles dans les deux villages cités.

L'élevage du bétail (surtout bovins, caprins et ovins) était diffusé un peu partout sur les monts de Champdepraz et Champorcher, malgré l’âpre nature des lieux. D’innombrables petits pâturages, créés en déboisant des terrains plus profonds et productifs situés entre 1500 et 2200 m permettaient d’alimenter les animaux pendant l’été et de fabriquer du beurre et du fromage ; au-dessous de 2500 m d’altitude les prairies et pâturages irrigués et régulièrement fumés fournissaient du foin pour l’hiver et du fourrage frais en automne et au printemps. Actuellement les alpages les plus grands sont encore utilisés, tandis que la végétation arborée a commencé à reprendre ses droits sur les pâturages de moindre qualité.

La direction du Parc favorise le maintien des activités pastorales, afin de conserver une diversité environnementale élevée et de protéger le paysage alpestre traditionnel. Depuis l’institution du Parc, la diminution du cheptel enregistrée à partir des années 1960 s’est interrompue ;  actuellement la transhumance intéresse 300 têtes de bétail à Champdepraz (avec une nette prédominance de bovins) et 600 à Champorcher, répartis pour moitié en bovins et ovins-caprins.

Chevrere
IMG_0616_860x573